Vous avez envie de vous lancer à votre compte, mais vous n’êtes pas sûr que cela vous conviennes vraiment ? Vous avez envie de « tester » ce style de vie mais sans pour autant vous engagez? Créer votre entreprise vous faire peur ?

PAS DE PANIQUE ! Il existe une possibilité qui malheureusement, ne jouit pas de la même publicité que la micro-entreprise : je parle du statut d’entrepreneur salarié.

A travers cet article, je vais donc vous en faire le portrait en tentant de répondre à un maximum de questions possible:

  • Qu’est ce que ce statut?
  • Comment en profiter?
  • Quel est sont fonctionnement?
  • La différence avec la micro-entreprise?

Allez hop, on est parti!

Photo by Kirsten LaChance on Unsplash

Qu'est-ce que le statut d'entrepreneur-salarié?

Il s’agit d’un statut juridique dans lequel l’entrepreneur est sous couvert d’une coopérative d’activité et d’emploi (CAE). Le système est un peu le même que le portage salarial, à la différence qu’un véritable accompagnement est proposé au porteur de projet.

L’entrepreneur-salarié garde son autonomie dans sa recherche de clientèle et son travail sur le terrain, mais il est lié par un contrat (qui prendra forme de CDI) avec la coopérative qui gérera donc la partie plus administrative.

II. Comment cela fonctionne-t-il?

Le porteur de projet se rapproche donc d’une coopérative d’activité et d’emploi. Une fois l’accord pour fonctionner ensemble, ce dernier va signer un contrat CAPE (contrat d’appui au projet d’entreprise). Cela va lui ouvrir les portes de la couverture sociale et de l’assurance-maladie.

À partir de là, il va pouvoir commencer à travailler, chercher ses premiers clients, réaliser ses premières prestations.

Le porteur de projet n’est pas encore salarié de la coopérative. Pour cela, il va falloir qu’il facture sa première prestation. C’est cela qui va lui permettre d’accéder au CDI, mais aussi qu’il puisse avoir des prestations de manière régulière.

1. La rémunération en tant que entrepreneur-salarié.

Comme dans tout contrat de travail, il y a une part de rémunération fixe. Cette dernière est fixée par rapport aux prestations fixes de l’entrepreneur. Mais il y a aussi une part variable, définit elle aussi dans le contrat de travail. Ces dernières peuvent être revues à la hausse en fonction du chiffre d’affaire du porteur de projet.

L’avantage est donc que vous êtes en CDI avec un salaire fixe minimum par mois.

L’inconvénient est que vous n’allez pas toucher la totalité de la somme que vous allez facturer à votre client.

Votre client va payer directement la coopérative qui va vous reverser votre salaire. Compter toucher entre 50% et 60% du chiffre d’affaire (soit ce que vous avez facturé).

2. L'accompagnement.

Photo by Kobu Agency on Unsplash

L’avantage de cette forme est aussi que vous intégrez un réseau. Exit donc la solitude de l’entreprenariat. Par ce biais, vous aurez la possibilité d’être suivi par un conseillé qui va vous permettre de réfléchir à la manière de porter votre projet et vous aiguiller sur les approches possibles de votre clientèle.

Mais aussi de vous aider sur toute la partie administrative, comptabilité, etc.

Vous aurez aussi la possibilité de tisser des liens avec d’autres entrepreneurs dans d’autres domaines, vous permettant ainsi d’ouvrir des portes sur votre communication et votre recherche de client.

Mais aussi, vous avez la possibilité de vous investir d’avantage dans la coopérative en devenant associé, par la suite, permettant ainsi de partager votre expérience.

III. Intégrer une coopérative.

Il est important de chercher à intégrer une coopérative qui se trouve proche de chez vous. Les différents organismes de l’économie sociale et solidaire on, en règle générale, plusieurs antennes dans les différents départements. N’hésitez donc pas à aller à leur rencontre.

Voici deux sites regroupant des coopératives qui pourront vous donner des premières pistes de recherche :

Bien évidemment, votre intégration à une coopérative ne se décidera pas sur un coup de tête, il faudra vérifier la faisabilité de votre projet, faire un plan de trésorerie et de financement pour s’assurer que vous allez bien pouvoir vous dégager un salaire dans votre entreprise. Tout cela sera bien évidemment vu lors de l’entretien de prise de contact.

IV. Avantages et inconvénients avec la micro-entreprise.

AVANTAGES:

  • Pas de gestion administrative à réaliser.
  • Le statut de salarié
  • L’indépendance est toujours présente
  • La possibilité d’être aidé et de ne pas se sentir seul dans cette aventure

INCONVÉNIENTS:

  • Une partie de notre chiffre d’affaire et reversé à la coopérative
  • Statut sous contrat, donc avec des obligations des deux parties.

Conclusion

Être entrepreneur-salarié est donc un bon compromis quand on ose pas trop se lancer pour des raisons administratives ou même de peur de la solitude de l’entrepreneur.

Un moyen de tester son activité, mais aussi de réaliser son activité sur le long terme, en toute sérénité.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *