Premier article d’une série que je souhaite réaliser… Vous vous doutez bien : en corrélation avec mon cheminement dans la création de mon écurie.

Oui, j’ose enfin passer le pas. Mais pas sans appréhension ni besoin de prendre mon temps pour être quasiment sûr de ne rien mettre de côté.

À travers cette série d’articles, je souhaite donc vous faire part de mon parcours et des étapes qui me semblent vraiment importante à ne pas omettre.

Allez Hop, en selle pour l’introduction à cette aventure :

C’est une idée assez classique dans la tête d’une passionnée de chevaux. Mais pourtant, ce n’est pas un projet à prendre à la légère.

Un tel investissement est clairement un projet d’une vie et, quand on voit l’implication personnelle que cela demande, on se doute bien qu’il ne faille pas se lancer sans un minimum de réflexion.

Est-ce d’ailleurs la raison qui fait que je ne suis pas encore à la tête de mon écurie ? Sans doute, mais pas que.

Dans cet article, je vais donc vous présenter les éléments qui, pour moi, sont importants à prendre en compte avant de se lancer dans le grand bain.

I. Pourquoi je souhaite créer mon écurie?

La grande question !

Vouloir créer son écurie est un peu le but ultime de tous les passionnés de chevaux. Avoir son havre de paix avec ses chevaux, les voir le matin quand on se lève… Bon, on oublie juste qu’il faut en prendre soin même le dimanche et les jours fériés, que les repas du dimanche deviendrons presque inexistant et que l’odeur de cheval envahira non plus que notre voiture, mais aussi notre maison…

Mais trêve de plaisanterie. Si l’on souhaite vraiment avoir sa propre écurie, il faut savoir lister les vraies raisons, celles qui nous tiennent à cœur. Car ce seront elles qui nous aideront à tenir dans les moments les plus difficiles (genre la fuite d’eau en plein hiver).

Une écurie, reste une entreprise. Une véritable aventure qui ne s’arrête pas à juste monter à cheval et discuter avec ses clients. Les reproches que l’on peut faire l’établissement que nous fréquentons actuellement, d’autre nous les ferons sûrement quand ils seront chez nous.

Listing de mes raisons:

1 – Je voudrais pouvoir voir mes chevaux vieillir près de moi.

2 – Je voudrais créer un lieu ou chevaux et humains pourraient se former l’un par rapport à l’autre dans la bienveillance et le respect de chacun.

3 – J‘aimerais créer un nouveau concept d’écurie qui prône mes valeurs de bien-être, bonheur et empathie, dans mon secteur.

Photo by STIL on Unsplash

II. L'aspect financier.

C’est très souvent la question qui pêche.

Créer une écurie, que cela soit une reprise ou une création de toute pièce, demande un véritable investissement financier. Le mieux, bien sûr, est d’avoir un apport. Mais soyons honnête, cela n’est pas forcément possible, surtout sur les montants dont on a le plus souvent besoin.

C’est là que l’importance de bien monter son dossier est HYPER important. Les fameux business plans, plan de trésorerie, bilan financier, prévisionnel, etc. Et donc qu’être bien accompagné est la clef pour réussir aussi son ouverture.

Il existe beaucoup d’organismes qui peuvent aider à la création d’entreprise ainsi qu’aider au financement. (d’ailleurs, si le sujet vous intéresse, je pourrai vous en faire le listing).

Ne vous freinez donc pas pour l’aspect financier. Même si ce dernier sera un très gros levier à lever, cela pourra se faire si vous travaillez correctement votre projet en amont et que vous êtes bien entouré pour pouvoir répondre à toutes les questions.

III. L'aspect organisationnel.

Si certaines entreprises sont plus faciles que d’autre à fermer le week-end ou les jours fériés, il n’en ai rien pour une écurie.

Là-dessus je pense ne rien vous apprendre, mais une écurie c’est du H24 et du 7 jours sur 7.

Bien évidemment, cela demande donc une organisation incroyable et surtout une ténacité à toute épreuve. Si vous avez la possibilité de délégué ou d’avoir des salariés, c’est le top, mais si vous êtes seul pour tout gérer, il est fort probable que vous soyez vote découragé ou trouviez le temps long.

Mais pas de panique, cela est normal et il ne faut pas en avoir peur. L’organisation est la clef de la réussite encore une fois.

Et cette organisation, vous pouvez la gagner par l’expérience, mais aussi la connaissance d’autrui. Il est donc important, si vous souhaitez monter votre écurie, d’avoir déjà pu travailler dans une écurie, ne serait-ce que pour vous rendre compte.

Et je vous rassure, rien ne sert de réinventer le fils à couper le beurre. Cherchez des écuries qui semblent tourner correctement sur le long terme et inspiré vous d’elle (mais aussi qui sont sur le modèle de celle qui vous voulez créer). Vous gagnerez ET du temps Et de l’argent.

IV. L'aspect passion.

Vivre de sa passion, c’est le rêve de tous. Mais cela n’est pas aussi simple que ce que l’on pense.

Souvent, en tant que passionné équestre, on s’arrête à la partie un peu « sympa » et on oubli les tâches ingrates où celles que l’on apprécie le moins.

Mais quand on devient pro, tout du moins dans un premier temps, il est difficile de mettre de côté ce que l’on n’aime pas.

La passion ne doit donc pas prendre la place de la raison dans la création d’entreprise. Si vous n’êtes pas près à faire correctement ce que vous n’aimez pas, attendez avant de vous lancer.

Si par contre vous avez le cœur à tout faire avec le même entrain, vous pouvez vous lancer. Bien évidemment, votre motivation fluctuera, mais avoir une base solide vous aideras tout de même à ne surtout pas perdre votre passion.

Photo by Clint Patterson on Unsplash

Conclusion

Vous l’aurez compris, créer sa propre écurie demande à se poser mille questions avant de commencer quoique ce soit.

N’hésitez pas à être exhaustif dans ce sens-là. N’hésitez pas non plus à aller rencontrer des professionnels et leur poser toutes les questions qui vous passent par la tête pour être sûr d’en avoir bien cerné tous les tenants et aboutissants.

Une fois lancé dans ce projet, il ne faut pas se cacher que le parcours sera long et pas forcément des plus faciles. Soyez donc assuré d’avoir toutes la conviction nécessaire pour être prêt à ne rien lâcher, même dans les moments les plus difficiles.

Au bout du tunnel, la réussite vous attend.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *