Obstacle, dressage, complet, trec, endurance, attelage, pont games, etc.

Quelque soit la discipline que l’on choisi, il y aura forcément un début, que cela soit pour nous ou pour notre cheval.

Dans les deux cas, quelques astuces pour être sûr d’y aller dans de bonnes conditions sont toujours les bienvenues. Voilà pourquoi je vous partage les astuces qui ont fait leurs preuves pour moi et mes chevaux :

I. Ne pas y aller pour gagner.

Pour moi, la règle la plus importante pour partir en concours pour la première fois.

Pas de besoin de gagner = pas de pression. Votre première sortie, ou celle de votre cheval, doit être celle qui va vous permettre de prendre vos marques dans un environnement nouveau. L’important est donc de connaître les choses qui peuvent être stressantes ou non, ce ce qui est facile ou non, ainsi que les différences qu’il est possible de noter dans votre entente avec votre équidé, ou non, par rapport à la maison.

La première, voire, les premières sorties seront donc des « mises en situation ». On se focalise sur les points positifs et on se note ce que l’on doit travailler pour la prochaine sortie.

L’important est donc de connaître les choses qui peuvent être stressantes ou non, ce ce qui est facile ou non, ainsi que les différences qu’il est possible de noter dans votre entente avec votre équidé, ou non, par rapport à la maison. 

Autre fait important : c’est souvent quand on ne cherche pas à gagner qu’on y arrive plus facilement.

II. Commencer par un niveau très facile.

Quand on part en concours, on a malheureusement souvent envie de prouver qu’on est capable de faire une épreuve que l’on considère comme « impressionnante ». 

Mais ce n’est pas la bonne solution. Bien au contraire, cela aura l’effet inverse voulu pour une première sortie : stresser, mettre la pression, s’énerver, voire même se dégoûter (vous ou votre cheval bien sûr).

Les premières sorties de concours ne sont pas là pour prouver que nous ou notre cheval est le meilleur. Le but : apprendre à se connaître dans un nouvel environnement.

Photo by Pepi Pitkänen on Unsplash

Pour se faire, on part sur des épreuves qui nous semble « facile ». Voire « très facile ».

On enlève les difficultés techniques pour se focaliser sur l’inconnu et il sera toujours possible d’augmenter ces dernières une fois en confiance totale avec son cheval. 

III. Se comparer à soi et non aux autres.

Il est si facile de regarder les autres participants et de leur prouver qu’on peut être meilleur qu’eux. 

Sauf que très souvent, nous ne savons rien de leur parcours, et se comparer à un inconnu est… dangereux pour son propre développement.

Il n’y a strictement aucun intérêt à vouloir prouver qu’on est meilleur que les autres. Si nous voulons être le numéro un, il faut d’abord commencer par se regarder réellement et chercher à évoluer par rapport à ce que nous sommes à l’instant T.

Il en est de même pour notre cheval. Pourquoi vouloir qu’il soit meilleur que celui de notre voisin. Regardez-le avec justesse, mettez en avant ses qualités et travaillez avec bienveillance, sur ses défauts. 

Et plus particulièrement encore quand nous débutons les concours. Gardons à l’esprit que si nous souhaitons sortir sur ce type d’événement, c’est avant tout pour prendre plaisir avec son équidé. On évolue par rapport à soi-même et on devient meilleur par rapport à soi-même.

 

IV. S'entourer des bonnes personnes.

Tout d’abord une ou un coach en qui on peut vraiment avoir confiance, ou une ou un ami de valeur.

Cela ne sert à rien de s’entourer de trop de monde, cela risquerait de nous mettre plus de pression que nécessaire. Mais avoir quelques personnes qui sont expérimentées en concours voir très « zen » sera d’une très grande utilité.

Avoir un cocon dans lequel on se sent en sécurité sera de grande valeur dans un environnement pouvant être stressant.

V. Se faire plaisir avant tout.

Photo by Lola Delabays on Unsplash

Si on décide de sortir en concours, c’est avant tout pour passer un bon moment. Cette, si on gagne, on aura vraiment le sentiment d’avoir passé une bonne journée, soyons honnêtes ! Mais il ne faut pas se focaliser seulement -dessus.

Surtout, car, pour les chevaux, cette notion de réussite n’a pas vraiment la même valeur. 

Peuvent-ils vraiment prendre conscience de l’importance d’être meilleur que les autres concurrents ? Pas si sûr. Par contre, ils peuvent ou non, passer un bon moment en concours. Et s’ils passent un bon moment, il est fort probable qu’ils acceptent plus facilement d’y retourner, voire que cela soit un vrai moment de plaisir pour eux.

Il est donc important, autant pour nous que pour eux, de garder à l’esprit cette notion de plaisir dans le fait d’aller en concours.

Afin d’avoir envie et repartir ensemble et de pouvoir se donner des objectifs au fur et à mesure du temps qui passe. 

Quel bonheur de pouvoir partager, avec son cheval, un but qui nous tient à cœur. Et encore plus de manière agréable et bienveillante pour tout le monde.

Conclusion

« Rien ne sert de courir, il faut partir à point.« 

L’adage qu’on ne cite plus et pourtant de bon augure dans notre cas. Le but des premiers concours : NO STRESS.

On y va pour découvrir ou faire découvrir à son cheval.

On veut juste passer un bon moment, pour pouvoir, par la suite, tenter le podium !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *